Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Allons au Cinéma avec Tommy

Doppelganger

29 Octobre 2013, 16:16pm

Publié par Tommy's Ghostwriter

Doppelganger

Un film de Kiyoshi Kurosawa

Note: 6/20

Critique: Encore un film plein de bizarreries que ce nouveau thriller comique japonais.

N’y allons pas par quatre chemins, c’est mauvais. Sur le papier, ça semblait pourtant bien, un homme voit son Doppelganger, sorte de double maléfique synonyme d’une mort proche. Alors on pense à un thriller psychologique mais en fait ce sont plutôt une succession de scènes burlesques sans intérêt qui vont proliférer devant nos yeux martyrs. On ne sait pas où se mettre dans cette histoire idiote, s’il faut rire, avoir peur ou sentir un soupçon de suspens.

Le comédien principal, Koji Yakusho est moyen. Son rôle de chercheur en électronique tout comme son doppelganger peine à captiver. Le reste du casting est insipide, pour ne pas dire qu’ils ne servent à rien. Les acteurs sont globalement de vrais potiches insipides qui à aucun moment ne nous emporteront dans leur jeu. On espérait des protagonistes torturés, nous voilà rendu dans une malheureuse farce grossière et empotée.

Le récit dérive bien vite de sa trame de départ et part tranquillement mais sûrement dans le registre comique. Sauf qu’il n’assume pas son côté décalé et à vouloir toucher à tout, on n’arrive à rien. Bienheureux (ou simplets) sera celui qui rira des scènes humoristiques voire burlesques en total paradoxe avec le reste du récit. Le scénario part dans tous les sens, perdant à la fois le spectateur mais aussi son but. Enchainant des (faux) moments à suspens où les personnages s’en donnent à cœur joie pour frapper ou tuer son prochain, on s’ennuie inexorablement. On en oublie presque le doppelganger qui n'a pas de véritable mission. Le réalisateur ne se rend pas compte qu’au bout de la moitié, plus personne ne suit activement son film incohérent. Car là où Takashi Miike réussit à mêler fun et thriller, lui n'arrive qu'à s’emmêler les pinceaux en livrant une toile risible et pitoyable. La fin minable ne restera pas dans les mémoires.

Commenter cet article