Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Allons au Cinéma avec Tommy

Plein Soleil

16 Novembre 2013, 17:01pm

Publié par Tommy's Ghostwriter

Plein Soleil

Un film de René Clément

Note: 13/20

Critique: Ce vieux drame français a lancé la carrière de son acteur principal et on va vite comprendre pourquoi.

Indubitablement la performance d’Alain Delon est majestueuse. Charmeur bon chic bon genre, son personnage au regard de tueur n’a pas fini de passionner. On tombe dans son jeu de vil manipulateur avec une facilité déconcertante et bien que ce personnage soit loin d’être tout blanc, on l’adore. Le reste du casting n’a pas non plus trop à lui envier : Maurice Ronet et Marie Laforêt sont bons dans leur rôle de couple bourgeois commençant doucement mais surement à se détériorer.

En revanche ne nous voilons pas la face, hors du charmant et lascif Alain Delon, le film n’a pas grand intérêt. L’intrigue met très longtemps à se mettre en place et la première demi-heure est un véritable supplice d’ennui. Ce qui choque le plus c’est surtout la pauvreté évidente des dialogues. Tous les échanges de paroles semblent factices, créés de toute pièce et sans réel but. Ce qui se dit est loin d’être captivant. Et même les péripéties débutant, on aura toutes les peines du monde à nous accrocher au développement.

Cependant, on se laissera promener plus aisément grâce aux sublimes paysages d’Italie où nos protagonistes évoluent. De même que les plans pris sur la mer qui nous impressionnent par leur côté très prenant. Enfin les intérieurs des maisonnées romaines nous plairont sans équivoque, pleine de légèreté, de méditerrané et de couleurs chaudes. Si le récit est plutôt original pour l’époque, aujourd’hui il a tout de même vieilli. Le voir changer d’identité si facilement et prendre la place d’un mort est un peu tiré par les cheveux. De plus ses motivations restent floues, est-ce par vanité ? Par avarice ? Ou par amour pour l’amante de son ami ?

On apprécie voir le héros jubiler de sa situation plus que confortable, qui rentre dans un engrenage où il s’enfonce toujours plus dans le mensonge et l’ignominie pour garder ce qu’il a acquis. Intéressant bien que long, à voir pour ses acteurs sinon pas indispensable.

Plein Soleil
Plein Soleil

Commenter cet article