Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Allons au Cinéma avec Tommy

8 femmes

3 Février 2014, 16:18pm

Publié par Tommy's Ghostwriter

8 femmes

Un film de François Ozon

Note: 7/20

Critique: Comédie dramatique des plus stupides, le cinéaste français signe sans aucun doute son pire film.

Il pensait nous combler avec ses 8 actrices de choc et bien c’est raté. Seule Emmanuelle Béart sort réellement son épingle du jeu et interprète parfaitement la bonne de la maison propre sur elle mais bien impétueuse. On remarquera aussi la malice de la jeune Virginie Ledoyen même si elle est d’une niaiserie impardonnable. Quant aux autres, elles nous insupportent : entre Fanny Ardent et Catherine Deneuve, toutes deux aux lèvres bottoxées et aux voix faussement sensuelles avec aussi peu d’expressions que de charme et Isabelle Hupert qui en fait tellement trop alors que le casting de base en fait trop déjà on explose. Mais ce n’est rien comparé à Ludivine Sagnier qui se prend quelques baffes dans le film mais qui en mériterait au moins le triple, tant elle est culcul et peu crédible.

La mise en scène est plutôt soignée, les décors intérieurs sont beaux mais finalement tout cela ne ressemble qu’à une maison de poupée aux protagonistes bien sapées mais sans saveur, de vrais barbies aussi mignonne que sans cerveau en toute somme. Surtout lorsque commencent les quelques chansons, si on rira de bon cœur à la première, les suivantes ne nous enchanteront guères. Alourdissant la narration, comblant les failles d’un scénario se voulant drôle et dérisoire mais se faisant prendre au piège dans son propre jeu.

A trop vouloir prendre le spectateur pour un con, le réalisateur oublie que revisiter de manières décalées un huis clos meurtrier nécessite tout de même un niveau minimum d’écriture (en particulier sur les dialogues). Tout est artificiel et kitch ici, l’intrigue n’intéresse pas : un bête meurtre que 8 gourdasses auraient pu commettre et c’est partit pour la course aux dénonciations. Pour tenter de nous captiver, les secrets de famille sont distillés au compte-goutte de telle manière qu’il en sorte un toutes les dix minutes. Non seulement ceux-ci ne sont pas originaux et tandis que les personnages se retrouvent dans des situations stériles de disputes (chacun accusant l’autre en dévoilant au grand jour ce qu’elle a vu lors de la nuit du meurtre) et le mystère demeure entier jusqu’à la toute fin plus pathétique et prévisible que jamais. Surprenant plus par sa médiocrité qu’autre chose, cette « comédie » nous procurera au bas mot une minute de rires pour une heure d’ennui, passez votre chemin.

8 femmes
8 femmes
8 femmes

Commenter cet article