Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Allons au Cinéma avec Tommy

X-men origins: Wolverine

24 Février 2014, 16:51pm

Publié par Tommy's Ghostwriter

X-men origins: Wolverine

Un film de Gavin Hood

Note: 8/20

Critique: Il est des blockbusters décérébrés qui en plus d’être sans scénario nous ennuie : ce film en fait partie.

Alors certes on peut dire merci aux effets spéciaux de dynamiser les scènes d’actions qui sont pour certaines loin d’être époustouflantes. Les combats, bien que sucrés niveau coup de poing, lassent rapidement de par leur côté trop répétitif et leur bouclage bâclé se terminant bien trop vite pour qu’on ait le temps de rentrer dedans. Il n’y a pas à chipoter : la scène finale ne dépasse pas les deux minutes et voir des immortels se taper sur la gueule, ça n’a rien de très amusant.

Le casting est mauvais. Hugh Jackman a clairement abusé de la gonflette et ça se voit, sinon il reste fidèle à son personnage : animal sauvage ne se soumettant à rien ni personne. Les seconds rôles sont tous décevants (notamment car pas assez exploité). A la rigueur on retiendra la performance sadique de Liev Schreiber jouant Dents de Sabre mais on ne peut cautionner tous ces mini rôles entre Will I Am (qui déjà a du mal à bien chanter alors pourquoi devenir acteur ?), Ryan Reynolds (qui sortit de son sourire BG ne vaut rien) ou encore le cher Gambit (joué par un acteur dont on a déjà oublié le nom) aussi invisible que fade.

La part belle est donc faite au héros à qui il va arriver des aventures palpitantes et très prévisibles. C’est grossier comme tout, les scènes d’actions s’enchainent tandis que les dialogues atteignent des sommets de médiocrité. Notre mutant préféré va en prendre pour son grade, le récit n’est pas à la hauteur de nos espérances et de ses capacités physiques. Faiblard, à la psychologie aussi simplette que possible, impossible de se passionner pour son histoire. On n’est à aucun moment emporté dans le flot d’émotions et tout ce qu’il en ressort c’est un scénario dopé à la testostérone au bord de l’overdose. Long, superficiel, pathétique, ce long métrage combine tous les défauts pour devenir assurément le plus mauvais de l’univers X-men.

X-men origins: Wolverine
X-men origins: Wolverine

Commenter cet article