Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Allons au Cinéma avec Tommy

Under the skin

25 Juin 2014, 19:17pm

Publié par Tommy's Ghostwriter

Under the skin

Un film de Jonathan Glazer

Note: 11/20

Critique: Grosse déception pour ce film minimaliste mi science-fiction, mi drame, trop OVNI pour plaire.

En effet on s’attendait à une ambiance plus sombre, plus violente, plus trash. L’atmosphère est très posée, douce certes grave et intense mais jamais vraiment prenante. La BO assez dérangeante joue sur des sons très spéciaux pour faire ressentir tout ce qui manque aux images, c’est à dire un soupçon de tension. La mise en scène est très audacieuse et on ne peut qu’acclamer de telles trouvailles surplombées d’un esthétisme assumé. C’est propre, calme et effrayant, parfois fascinant (et ce malgré le manque d’effets spéciaux).

Scarlett Johanson porte le film sur ses épaules de créatures extraterrestre ayant pris l’apparence humaine. Charmante, séductrice mais jamais aguicheuse, insensible et froide. Derrière ce masque se cache pourtant une femme sentimentale. On est convaincu par sa prestance bien que ce ne soit pas son meilleur rôle. Le reste du casting est clairement dispensable ne signant que de moindres performances bien trop courtes pour être appréciables.

Le récit ne possède pas un synopsis des plus originaux et est en plus truffé de lacune et de lenteurs .La narration est par moment trop implicite et ne nous permet pas de plonger pleinement dans le film. On ne se sent pas concerné par les événements qui se produisent sous nos yeux aussi tristes puissent-ils être (notamment cette scène près de la mer). On ne s’attache pas vraiment à l’héroïne, trop distante de nous et surtout on regrette le manque d’informations sur certaines scènes qui du coup deviennent superflues et n’apportent aucun élément intéressant au récit. On n’est jamais vraiment touché et l’emprise de Scarlett sur nous disparaît rapidement. Enfin si la fin est assez imprévisible et tout en puissance, on se désole de cette dernière en se questionnant : tout ça pour ça ?!

Under the skin
Under the skin

Commenter cet article