Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Allons au Cinéma avec Tommy

Winter Sleep

2 Septembre 2014, 11:40am

Publié par Tommy's Ghostwriter

Winter Sleep

Un film de Nuri Bilge Ceylan

Note: 16/20

Critique: Palmé d’Or à Cannes, ce drame turc vaut sans aucun doute le coup d’œil.

En effet, on est bluffé par une mise en scène époustouflante. Un vrai voyage que de se retrouver en Anatolie, une région de Turquie magnifique, et plus particulièrement dans un hôtel troglodytique assez luxueux. On est charmé par les paysages incroyables et par des intérieurs richement décorés. On ne peut qu’apprécier l’environnement où le film prend place, aussi bien les extérieurs enneigés que les diverses pièces de l’hôtel enfermant ses propriétaires dans une sorte huis clos.

Les acteurs sont excellents. Mention spéciale à Haluk Bilginer, riche propriétaire, ex-acteur de théâtre qui aujourd’hui se trouve être un bourgeois oisif, passant son temps à écrire pour un petit journal et travaillant sur un ouvrage sur le théâtre turc. Humble mais vicieux, sa gentillesse extérieure cache un individualiste sans gêne, je-m’en-foutisme. Melisa Sozen jouera sa femme, très gentille elle-aussi mais se reposant sur la fortune de son riche époux pour vivre. Elle est touchante dans ses moments de faiblesses et sera finalement l’unique personnage avec un peu de compassion et d’amour du film. Le reste du casting n’est pas des moindres, on appréciera notamment Demet Akbag, l’ami et collègue du héros à qui il a délégué toutes les taches lui incombant.

Toutefois le récit ne convaincra pas totalement. Car il faut l’avouer, 3h15 de disputes entre personnages, c’est vite vain. On a beau sur le moment être intéressé voir captivé par les dialogues, après-coup on se demande bien pourquoi tout ce blabla. Les protagonistes s’ennuient et n’ont rien d’autre à faire que de titiller leurs proches, de les rabaisser et de se mettre sur un piédestal. Leurs relations sont pleines de rancune, ils n’ont rien d’autre à faire que de débattre sur des sujets le plus souvent stériles montrant à quel point chacun est désespéré. Ce qui choque finalement c’est le manque de sympathie de tous les personnages, bien qu’attachants, ils semblent tous sans cœur, égoïstes, n’agissant que pour leur bonne conscience. Cette situation pourra parfois nous agacer.

Le film reste toutefois bien rythmé, on ne s’ennuie presque pas durant ces trois bonnes heures, une palme d’or logique et méritée.

Winter Sleep
Winter Sleep

Commenter cet article