Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Allons au Cinéma avec Tommy

Gone Girl

10 Octobre 2014, 16:21pm

Publié par Tommy's Ghostwriter

Gone Girl

Un film de David Fincher

Note: 19/20

Critique: Le drame américain de l’année est une œuvre d’amour sombre et sans défauts.

Le film n’aurait jamais été ce qu’il est si la présence de la subliminale Rosamind Pike n’illuminait pas l’écran. Une femme mortelle, minutieuse, consciencieuse, brillante, belle : une épouse parfaite. L’actrice déprimée pleine de fougue, d’ambitions et de volupté nous fera tomber sous son charme en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire. Ben Aflleck est le mari idéal, un partenaire gentil, joueur et souriant sous toutes coutures. Les rôles secondaires sont tout aussi impliqués et passionnants : des agents de polices dubitatifs aux parents éplorés de la disparue en passant par la sœur de l’époux le soutenant dans toutes ses entreprises.

Le récit est d’une perversité sans égale. On se régale de cette disparition pour le moins surprenante : lors de l’anniversaire de leur mariage. Toutes les pistes sont envisagées : fuite, kidnapping, meurtre,… on va même jusqu’à soupçonner le mari de ce crime. Non sans raisons puisque dans ce film les personnages ne sont pas de tendres anges et ce petit couple parfait se trouve battre de l’aile (ce qu’on conçoit très bien au fur et à mesure que l’on découvre les multiples conflits internes). L’atmosphère noire et malsaine créée nous fait frisonner d'excitation.

Bien rythmé, les rebondissements de situation ne s’arrêtent pas. Après l’énorme twist au milieu du film, on se demande comment on va encore pouvoir être surpris et pourtant le scénario très intelligent ne relâche jamais un suspens omniprésent. On s’attache aux protagonistes bien qu’on connaisse leurs multiples perversités. On est emporté dans ce tourbillon de non-dits et de manipulations. Jusqu’au bout la tension ne s’essoufflera pas, nous laissant béat devant tant de puissance, de violence psychologique brouillant toutes les pistes qu’on aurait pu s’imaginer. On ressort bluffé par une fin magistrale exposant la force de l’amour dans des dialogues subliminaux. Un chef d’œuvre !

Gone Girl
Gone Girl
Gone Girl
Gone Girl

Commenter cet article