Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Allons au Cinéma avec Tommy

Still Alice

23 Janvier 2015, 09:37am

Publié par Tommy's Ghostwriter

Still Alice

Un film de Richard Glatzer et Wash Westmoreland

Note: 15/20

Critique: Abordant avec délicatesse la maladie d’Alzheimer, ce film indépendant vit à travers son actrice principale.

Julianne Moore crève l’écran en interprétant avec une force émotionnelle épatante, une brillante professeure atteinte d’Alzheimer et voyant peu à peu son corps et son esprit lui échapper. Alors qu’elle perd peu à peu ses capacités, elle tombe dans une dépression plus que touchante. Alec Baldwin joue son mari aimant mais globalement incapable de consoler et réconforter sa femme dans sa déchéance. Les performances de leurs enfants, en particulier Kristen Stewart manquent vraiment d’expressions. D’une manière générale on regrette que les acteurs ne jouent pas dans un registre un peu plus tragique.

Car si le film touche un sujet à fleur de peau, l’émotion étant omniprésente, il reste très pudique sur les scènes larmoyantes ou dramatiques. La caméra ne veut pas s’apitoyer sur ses personnages. Elle ne prend pas le sujet à la légère mais de manière réaliste, épurée ne tombant jamais dans le pathétique, décrivant des faits plutôt que des sentiments. On aimerait cependant parfois que l’ambiance prenne des tournures plus sombres comme le laisse penser certaines scènes absolument magnifiques où l’héroïne prévoit d’en finir lorsqu’elle aura oublié le prénom de sa fille.

Le récit est surprenant, un peu choquant mais expose surtout avec véracité les problèmes qu’entraine l’apparition de cette maladie chez cette femme. On constate à ses côtés sa déchéance et on ne peut s’empêcher d’éprouver empathie et compassion pour l’héroïne ne devenant plus que l’ombre d’elle-même, perdant toute sa personnalité. Sans rajout aucun ou autre artifice, on assiste à ce triste événement cru et attristant. Le final en demi-teinte ne convaincra pas autant que le développement prenant mais le scénario aura eu le mérite de faire la lumière sur ces altérations des cellules nerveuses causant ces pertes de mémoire.

Still Alice
Still Alice
Still Alice

Commenter cet article