Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Allons au Cinéma avec Tommy

Night Call

14 Août 2015, 16:49pm

Publié par Tommy's Ghostwriter

Night Call

Un film de Dan Gilroy

Note: 14/20

Critique: Critique des médias, ce drame satirique américain apporte une vision des choses aussi intéressante que pessimiste.

Jusqu’où les « journalistes », ou plutôt les capteurs d’images sont-ils prêts à aller pour nous dénicher un scoop croustillant et bien sanglant. Que peut-on montrer à l’écran ? Mais surtout que doit-on montrer pour captiver la plus grande audience ? Les nombreuses questions d’actualités éthiques et morales sur les médias font débats au sein du film même. On apprécie et ovationne cette superbe réflexion mais on regrette la caricature trop facile et biaisée, basée uniquement sur un personnage, manquant d’ouverture.

Toutefois il faut avouer que ce personnage, un loser de première classe est royalement interprété par Jake Gyllenhaal. Non seulement il réussit à faire de lui un protagoniste pourri, dénué de compassion, se croyant intelligent et brillant parce qu’il connaît les faiblesses des autres, mais en plus on le déteste dès les premières minutes de film et on espère son échec. Rene Russo, directrice d’une chaine de télé impressionne moins malgré le fait qu’elle soit sous pression constante. Riz Ahmed est aussi un peu effacé et semble fade face à son partenaire de travail.

On suit les nuits d’un homme péchant armé de sa caméra les images les plus chocs possibles afin de les revendre à des stations télés, n’hésitant pas à filmer la souffrance et la mort lorsque cela est possible. Outrepassant les lois, rien ne l’empêchera de capter les affaires les plus sanguinolentes de la ville. On abhorre cet homme et pourtant on est passionné par ce qu’il vit, car nous-mêmes avons envie de voir ses images de meurtre et autres délits, en bon spectateur que nous sommes réclamant toujours plus spectaculaire. On espère quand même que les médias n’atteindront pas de tels extrêmes pour arriver à leurs fins, le développement étant un peu trop poussé dans l’horreur et perdant de son réalisme.

Night Call
Night Call

Commenter cet article