Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Allons au Cinéma avec Tommy

De la Vie des marionnettes

27 Septembre 2015, 17:12pm

Publié par Tommy's Ghostwriter

De la Vie des marionnettes

Un film d'Ingmar Bergman

Note: 15/20

Critique: Ce drame allemand psychologique est aussi intéressant que déprimant.

Filmé presque entièrement en noir et blanc, la diégèse se présente sous forme de courtes scènes se produisant quelques temps avant ou après un meurtre et censées expliquer les raisons ayant poussées l’assassin à tuer cette femme, un peu comme si la caméra faisait sa propre enquête. L’ambiance n’est pas des plus joyeuses, malgré des moments plus paisibles, les scènes sont crues, douces mais dérangeantes, en ressort une atmosphère torturée déprimante.

Le casting ébloui, que ce soit Robert Atzorn, en aisé homme d’affaires, déprimé par des rêves horribles et des pensées fatalistes et sadiques, ou sa compagne, Christine Buchegger, une femme à la langue bien pendue, souriante et charmante. Le duo polisson fonctionne à merveille, se répondant du tac au tac, et se cherchant l’un l’autre. Walter Schmidinger, un styliste gay nous charme avec son ton ironique au possible, tandis que Martin Benrath est un psychologue peu recommandable.

Les personnages sont tous très intéressants. Ils s’expriment sans retenu, de manière pragmatique, parlant de sexe, de meurtre à voix haute sans gêne aucune. On apprécie cette liberté dans les dialogues, mais aussi dans l’esprit des protagonistes confus, apeurés de leur vie qu’ils chérissent pourtant. Ils se trompent, jouent avec le feu mais restent toujours ensemble comme si rien ne pouvait briser cette alchimie. On sera un peu plus mitigé sur l’avancée de l’enquête, si tout ce qui s’y passe captive par la force des sentiments mis en œuvre et la vivacité et véracité des échanges froids ou chaleureux, on a l’impression que le propos tourne autour du pot. Et pour cause, la fin décevra, motifs freudiens pas crédibles expliquant les causes des actes du héros et gâchant la bonne surprise qu’était ce film sur les relations humaines et le désir.

De la Vie des marionnettes

Commenter cet article