Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Allons au Cinéma avec Tommy

Double mise

24 Octobre 2015, 16:51pm

Publié par Tommy's Ghostwriter

Double mise

Un film de Paul Thomas Anderson

Note: 11/20

Critique: Ce drame américain est en plein dans la fièvre du jeu, mais perd son pari de nous emporter. .

Tout débute sur une rencontre impromptue entre deux hommes, le hasard fait bien les choses cependant, l’un a besoin d’argent pour enterrer sa mère dignement, l’autre accepte de lui en prêter un peu, si celui-ci le suit à Las Vegas. Mais est-ce vraiment pure coïncidence ? On tombe sous le charme de ce duo apprenant à se connaître petit à petit, jouant à divers jeux dans des casinos et s’enrichissant, on ne se pose pas de questions. Puis, ellipse de deux ans, et tout change, le premier homme et devenu le mentor du second, et ce dernier s’est entiché d’une prostitué. A partir de là, même si les péripéties sont légions et surprennent, elles n’intéressent plus. Les personnages sont vraiment trop cruches, les révélations arrivant de-ci, de-là peinent à convaincre, on s’ennuie de plus en plus. Le final déçoit, et ne conclut aucune des questions posées lors du film, n’en disant jamais assez.

Le casting est en revanche très investi : un sublime Philip Baker Hall, en vieux joueur de casino connaissant les astuces du métier pour ne pas perdre d’argent. John C. Reilly est très bon en jeune paumé, ne connaissant pas grand-chose à la vie, parlant un peu trop, et se comportant comme un enfant. Gwyneth Paltrow joue une barmaid le jour, prostitué la nuit, complétement soumise tandis que Samuel L Jackson est un videur, peu fréquentable et assez impressionnant.

L’ambiance n’est jamais assez sombre ou tragique pour vraiment nous prendre aux tripes, on observe les personnages tomber de haut sans jamais compatir à leurs actions. Au fur et à mesure que le récit avance, on perd notre intérêt, les relations entre les personnages ne semblent en fait pas aussi fortes qu’elles en avaient l’air, et on s’ennuie bien de trop.

Double mise

Commenter cet article