Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Allons au Cinéma avec Tommy

Heat

10 Octobre 2015, 17:17pm

Publié par Tommy's Ghostwriter

Heat

Un film de Michael Mann

Note: 14/20

Critique: Si ce violent film de gangster américain convainc dans l’ensemble, il reste bien trop long.

Pourtant les scènes d’action ne manquent pas et dynamise le film au maximum. Les casses sont nombreux et haletants, ça tire dans tous les sens et les personnages sont sans pitié. Assez violent et boosté à la testostérone, on regrette une ambiance très macho et vulgaire. Le suspens n’est pas toujours à son comble mais les échanges de tirs sont admirablement bien filmés, on frissonne à l’idée d’être coincé entre leurs coups de feu.

Si Robert DeNiro est un sympathique et malin gangster sans attache, voulant recommencer une nouvelle vie loin de tout, son alter ego policier convaincra beaucoup moins. Al Pacino, mâchouillant son chewing-gum du début à la fin n’est rien de plus qu’un gros beauf vulgaire et méprisant qu’on aimerait corriger, indigne d’un inspecteur de police, même Horatio Caine des Experts a plus de charisme que lui. Val Kilmer joue un gangster fou amoureux, pensant romantique plus qu’autre chose tandis que Tom Sizemore semble le plus violent et musclé du gang. Les seconds rôles sont plus invisibles qu'autre chose, des faire-valoir sans intérêts.

Le récit se trouve alourdi de nombreuses scènes absolument pas nécessaires concernant les femmes de ces hommes machos. Ces petites intrigues de couple secondaires ne nous toucheront pas le moins du monde et pis encore elles nous affligeront. On suit l’enquête avec engouement, certaines scènes paraissent surfaites voire artificielles, mais se digèrent plutôt biens. Le film réussi brillamment à nous mettre du côté des bad-guy plutôt que des gentils. Si le développement ne nous surprendra pas tellement, il est efficace bien qu’un peu longuet. On s’attache aux personnages et on les voit se faire des coups bas pour empocher le pactole. Un divertissement certain mais hélas beaucoup trop verbeux pour captiver tout du long, ainsi qu’une fin un peu faible.

Heat
Heat

Commenter cet article