Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Allons au Cinéma avec Tommy

Le Fils unique

9 Octobre 2013, 15:17pm

Publié par Tommy's Ghostwriter

Le Fils unique

Un film de Yasujiro Ozu

Note: 12/20

Critique: Premier film parlant du fameux réalisateur japonais, cette œuvre est aussi intéressante qu’austère.

La copie de ce film a beau être restaurée, elle reste clairement mauvaise (son comme image ayant de nombreux défauts). Cependant tous ces craquements de pellicules apportent un peu de dynamisme et de bruit dans une réalisation aussi lente que contemplative où les plans fixes sont omniprésents. Ce n’est en effet pas la caméra qui va apporter du mouvement au film. Posé et ultra lent s’arrêtant sur des détails secondaires longuement, on a bien du mal à ne pas sombrer dans un profond sommeil.

Surtout que les acteurs ne sont pas des meilleurs. Tous sans exception passent leur temps à sourire (bêtement) comme un enfant sourirai devant l’objectif d’un appareil photo. Du coup on a bien du mal à lire dans leur jeu d’acteur et à comprendre les émotions qu’ils essaient de dégager. Outrepassé ce côté très spécial, le héros joué par Shin’ichi Hiromi est sympathique et attachant. Le reste du casting est tout aussi gentil et modeste que lui, livrant des prestations typiquement japonaises.

L’ambiance du Tokyo des années 30 est très dépaysant, découvrir la capitale nippone à cette époque est une vraie surprise. Le récit avance doucement exposant les sacrifices effectués par une mère pour que son fils soit scolarisé. Plaçant tous ses espoirs en lui, elle ne peut qu’être déçue en le voyant, des années plus tard, devenu professeur d’une petite école avec un salaire moyen. Toutes ses économies n’ont pas réussi à faire de son fils un homme digne. L’honneur de la mère en prend un coup. C’est tout en modestie que les protagonistes dialoguent et font passer leurs sentiments. L’humilité dont ils font preuves est incroyable. Le fils, tentant de cacher à sa mère sa situation financière et faisant tout pour rendre son séjour chez lui confortable. C’est là où le scénario est très fort, obligeant les personnages à réfléchir sur leur acquis et ce qui les ont permis de devenir ce qu’ils sont. La réussite n’est pas toujours facilement accessible et les portes de la gloire sont désormais fermées pour nos personnages.

Une fable sur l’échec, réaliste, dur et triste qui malgré ses défauts reste étonnant et remarquable.

Le Fils unique

Commenter cet article