Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Allons au Cinéma avec Tommy

Rock Forever

29 Juillet 2013, 17:32pm

Publié par Tommy's Ghostwriter

Rock Forever

Un film d'Adam Shankman

Note: 14/20

Critique: Comédie musicale rock fort sympathique, Rock of Ages est un film plaisant.

Bon bien évidemment on a le droit aux multiples romances débordant de mièvrerie, de clichés et de niaiserie, on s’en doutait et on est en plein dedans. Nos deux tourtereaux ne nous émouvront pas un moment cependant derrière leur tête digne d’une égérie Disney Channel, leur sourire illuminé et leur coolitude à tout épreuve, on décèle un soupçon de talent (serait-ce le chant ou bien la dramaturgie) chez les très sympathique Diego Botena et Julianne Hough.

Le casting est dument complété par les excellents Tom Cruise en rockeur je-m’en-foutiste, au look d’enfer et à la classe suprême, et Catherine Zeta Jones en femme de maire coincée au possible ne demandant qu’à faire taire le rock. Alec Baldwin quant à lui est toujours aussi drôle et frais mais manque clairement d’expressivité.

L’intérêt de cette fable cucul réside donc dans sa BO incroyable. Car cette comédie musicale envoie du lourd, revisitant les classiques du Rock ‘N Roll de manière ultra cool, fun et dynamique. On est entrainé dans le flot des chants si facilement qu’il est impossible de ne pas être happé dans la folle ivresse qu’ils provoquent (même si on est n’est pas au premier abord fan de rock). Le réalisateur tente de faire ressortir une époque perdue où le genre ultime était à son apogée dans l’industrie de la musique. Dommage qu’il s’appuie sur un développement tellement réchauffé que mêmes les quelques pointes d’humour n’arrivent pas à nous faire sourire. Les performances lors des séquences musicales sont pétillantes, mouvementées; l’ambiance nous conquerra entièrement et on y restera sans problème.

La BO elle-seule vaut la peine d’être vue et offre à Tommy une porte de sortie si sa carrière d’acteur se termine mal… une œuvre divertissante !

Rock Forever
Rock Forever
Rock Forever
Rock Forever

Commenter cet article