Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Allons au Cinéma avec Tommy

Sonatine

29 Septembre 2013, 15:34pm

Publié par Tommy's Ghostwriter

Sonatine

Un film de Takeshi Kitano

Note: 18/20

Critique: Après être passé par un drame (désastreux) au bord de la mer, le réalisateur renoue avec le genre des yakuza pour livrer un de ses meilleurs films.

Un chef de gang est envoyé sur l’île d’Okinawa pour officiellement aider un clan allié dans un conflit mais officieusement il s’agit de le supprimer à l’abri des regards, devenu trop gênant. Si l’intrigue de départ n’offre pas tant d’innovation le développement promet des surprises de taille livrant un récit poétique, doux et rêveur à la fois mais aussi cru et violent.

Kitano se dote pour ce film d’un super casting composé de lui-même bien évidemment en yakuza impitoyable, joueur et taquin. Il est accompagné de son homme de main joué par Susumu Terajima, toujours au top. Homme de main vulgaire d’un côté et homme de cœur de l’autre, on sera touché par ses manières très humaines, peut-être le personnage le plus attachant. On tombera aussi sous le charme de Masanobu Katsumura, un jeune membre du gang d’Okinawa débrouillard et toujours prêt à donner un coup de main.

Même si les armes sont omniprésentes, le récit n’est pas très violent (contrairement à des Violent Cop ou Outrage) et se révèle être en fait un énième drame en puissance. Les personnages vont, pour s’échapper du funeste destin qui les attend, retomber en enfance le temps de quelques jours sur une maison près de la plage. Jouant innocemment au ballon, au frisbee, plaisant rigolant, ils se doutent de ce qui va leur arriver (la moitié de leur escorte s’étant fait décimer) mais tente d’éviter ce moment final. On les suit donc plaisamment et on s’émeut de leur condition. La tragédie n’en sera que plus forte et horrible quand elle arrivera à point donné, brutalement sans prévenir et brisant toute l’harmonie et la légèreté jusqu’alors apportée. On n’avait jamais été aussi proche et intime avec les protagonistes et on souffre véritablement à chaque fois que la mort frappe.

La BO (réalisé par le fameux Joe Hisaishi) est atypique, entrainante et nous invite au rêve, captant chaque moment heureux et les transformant en des passages de purs bonheur. Impossible de s’ennuyer dans ce thriller triste, touchant et réaliste, premier film excellent du réalisateur. Le cinéma japonais se renouvelle entièrement !

Sonatine
Sonatine
Sonatine
Sonatine

Commenter cet article