Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Allons au Cinéma avec Tommy

Still walking

9 Septembre 2014, 15:46pm

Still walking

Un film d'Hirokazu Kore-Eda

Note: 10/20

Critique: Parmi les drames du cinéaste japonais, celui-ci est clairement son moins bon.

Il nous rejoue une fois encore son drame familial mais cette fois-ci la recette ne marche clairement pas. Manquant d’originalité, d’audace mais aussi d’idées, le récit est aussi inintéressant que banal. Une réunion de famille après quelques années sans se voir, où les problèmes d’antan vont resurgir. Les personnages vont donc être confrontés à leurs erreurs présentes tout en essayant de se montrer sous leur meilleur jour, cachant leurs ennuis actuels.

Les acteurs sont assez bons pour rendre un minimum captivant les personnages qu’ils incarnent. On appréciera surtout You, la fille attentionnée, craquante, étant aux petits soins avec tout le monde mais aussi Hiroshi Abe, le fils ayant essuyé plusieurs échecs, ne rentrant pas dans la norme de la famille japonais « normale » mais pas pour autant antipathique. On ovationne également les performances des jeunes enfants toujours très maitrisées. Le reste du casting n’émeut pas forcément mais réussit à nous convaincre.

La mise en scène est conventionnelle. Le récit également, le réalisateur nous ressort du classique sans aucune innovation. On s’ennuie du début à la fin sans jamais être touché un seul instant par la vie de ces protagonistes pourtant malheureux. On peine à s’attacher à eux. Ce n’est qu’une famille lambda où un vieux drame est ressassé pour créer des problèmes. On ne voit pas où tout ce développement veut en venir, la narration stagne, les personnages n’évoluent pas, restant sur des positions butées. On se désintéresse bien vites des dialogues stériles entre les membres de la famille. On ne rentre jamais dans le propos, vraiment trop peu original. Même si cette petite maison semble posséder un intérieur chaleureux et glacé à la fois, ce film ne nous fera ni chaud ni froid.

Still walking
Still walking
Still walking

Commenter cet article