Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Allons au Cinéma avec Tommy

The Immigrant

16 Décembre 2013, 16:45pm

Publié par Tommy's Ghostwriter

The Immigrant

Un film de James Gray

Note: 12/20

Critique: Drame romancée, ce film présenté à Cannes semble de moindre qualité que ses confrères.

Le principal intérêt de ce film réside dans sa mise en scène impeccable aussi soignée que belle. On s’émerveille devant les costumes des femmes de petites vertus se donnant en spectacle dans un cabaret. Les décors sont sublimes, on découvre Ellis Island, sombre endroit où arrivent tous les immigrés avant d’être ou non accepté à entrer dans New York. L’ambiance assez grisâtre, terne mais reprend un peu de vie lors des scènes de cabarets.

Le casting n’est en revanche pas à la hauteur. Joaquin Phoenix en fait des tonnes comme toujours, impossible de rentrer dans son jeu de maquereau amoureux et faussement méchant. Marion Cotillard joue un de ses meilleurs rôles et bien qu’elle nous convainque plus que son amant, elle aura bien du mal à nous émouvoir. Jeremy Renner possède un rôle aussi insignifiant que simplet sans aucune ambition mais reste toutefois la crème de ce casting (ça le change pas mal de ces rôles dans les films d’actions).

Le scénario n’est hélas pas des plus prometteurs. Romance niaise au premier plan pour évoquer la condition des émigrés européens aux USA dans les années 20. Le récit est long et lent, on n’est jamais entrainé tant le rythme n’est pas soutenu par des événements vraiment surprenant. On se doutait de la quasi-totalité du développement vraiment trop lisse ne prenant aucun risque. Le récit continue son chemin avec des personnages à peine attachants au destin peu ou pas captivants. Rien de bien excitant en toute somme si ce n’est un triangle amoureux qui finit mal (et qui peinera en plus à nous toucher). Mais avait-t-on besoin de toute cette mise en scène juste pour expliciter ces relations (très implicites soi-dit en passant) ? Certainement pas, tout ça pour ça c’est vraiment prendre le spectateur pour un amateur de film à l’eau de rose.

The Immigrant
The Immigrant

Commenter cet article