Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Allons au Cinéma avec Tommy

Café Society

13 Mai 2016, 14:54pm

Publié par Tommy's Ghostwriter

Café Society

Un film de Woody Allen

Note: 17/20

Critique: Retour vers les années 30 aux Etats Unis avec le dernier cru du grand maître, qui est de taille: Café Society dépeint une romance impossible émouvante.

Jesse Eisenberg interprète le nouveau héros névrosé comme il l’avait déjà fait dans To Rome with love et nous convainc complétement, avec ses mimiques adorables et son indécision constante. Kristen Stewart est incroyablement charmante, douce et souriante (chose rare) torturée entre deux hommes fous d’amour pour elle. Blake Lively est ravissante, un condensé de joie et de bonne humeur. Steve Carell, en producteur arrogant, aimé de tous connaissant tous les filons du métier. Les acteurs secondaires surprendront également et apporteront tous leur petite touche personnelle.

Allers retours entre Los Angeles et son Hollywood exaltant et un New York juif et chaleureux, le voyage qu’offre ce film en remontant le temps est absolument époustouflant. On reste le souffle coupé face à l’ambiance extravagante, luxurieuse, la joie enivrante qui anime tous ces lieux d’échanges, de travail, de flirt,… Tout passionne, des costumes opulents aux décors ultra soignés dans lesquels on aimerait vivre. L’époque semble tellement parfaite, propice aux amours de jeunesse, à l’ambition de changer de vie, à l’envie de faire la fête. On donnerait tout et n’importe quoi pour se retrouver aux côtés des personnages à la vie exquise.

Grand éloge d’une époque révolue, le récit raconte l’arrivée sur la côté ouest d’un jeune plein d’envies côtoyant la société mondaine d’Hollywood aux côtés de son riche oncle. Si les diverses romances présentés ne sont pas très originales et semblent très prévisibles, elles restent très agréables, confrontant toujours les protagonistes à divers dilemmes (adultère, évidemment). Les dialogues sont vraiment drôles, très frais et se moquent habilement de dieu, des stars et de leur vie au-dessus des autres, replaçant au centre les petits plaisirs de la vie qui font que celle-ci vaut d’être vécu, des choses simples mais chères au cœur. On ressent toutefois un pincement au cœur, le dénouement arrivé, nous amenant à réfléchir sur les priorités dans la vie et sur la force de l'amour. Un chef d'oeuvre aussi doux et léger qu'humoristique et romantique, Woody Allen au meilleur de sa forme.

Café Society
Café Society
Café Society

Commenter cet article