Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Allons au Cinéma avec Tommy

Escorcs mais pas trop

1 Mars 2014, 16:17pm

Publié par Tommy's Ghostwriter

Escorcs mais pas trop

Un film de Woody Allen

Note: 15/20

Critique: Comédie romantique et gastronomique, ce film américain innove une nouvelle fois par son sujet.

Une trentaine d’années après Prend l’oseille et tire-toi, le réalisateur new-yorkais reprend comme thème des ex-taulards en quête de richesses. Ces derniers content dévaliser une banque en creusant un tunnel depuis leur boutique de cookies mitoyenne. Le ton est donné : 100% fun et qui ne se prend jamais au sérieux. Il faut l’avouer qu’on se fiche un peu de l’intrigue du moment que les personnages nous font rire. Dialogues excellents, on atteint des sommets lorsque l’héroïne décide d’apprendre par cœur les mots du dictionnaire mais c’est hélas arrêté à la lettre A.

Le casting resplendit d’acteurs qui savent parfaitement jouer la comédie. Woody Allen en fraudeur romantique se prenant pour plus intelligent qu’il ne l’est. Tracey Ullman en femme au foyer niaise et crédule. Le couple, victime de son manque visible d’éducation, n’a que son charisme, sa fortune et sa recette de cookie pour convaincre le public. Notons aussi High Grant en bourgeois friqué et sans vergogne ne s’intéressant aux personnes que pour leur argent et la simplette Elaine May, bien gentille mais clairement pas dans le coup.

Le récit explique donc comment de pauvres et piètres citoyens vont devenir des millionnaires grâce à une innocente recette de cookie qui fait désormais fureur dans tous les ménages. Les américains se bousculent pour pouvoir gouter à la crème de la crème. Mais les protagonistes vont avoir toutes les peines du monde à évoluer dans la haute société à laquelle ils ne sont pas habitués, les cocktails mondains n’étant pas vraiment ce qu’ils font de mieux. Des hauts et des bas (surtout des bas) vont bousculer la routine du couple principal. Pas très aidés intellectuellement par leurs amis, ils vont devoir se débrouiller pour garder la face

On s’attache tout de suite à ses personnages hauts en couleur, peu fins mais au cœur tendre. Bien que cette comédie ne soit pas sa plus drôle, on apprécie le développement assez imprévisible des événements et un cheminent des plus originaux vers la gloire.

Escorcs mais pas trop
Escorcs mais pas trop

Commenter cet article